Captifs ...... volontaires !
Une histoire d'UTA

Ci-après et dans sa version hard, un mémo descriptif du piège, mais aussi un projet de sortie honorable ....... et à discuter ..... si vous le voulez bien !

(Projet en fin de texte) ..... 

Etoile Marine
Mémo UTA et collectif
Il est notable qu’un certain nombre de copropriétaires soient prisonniers d’un historique passablement mal géré par nos instances successives souvent laxistes sinon incompétentes en la matière et malheureusement de mal en pis, au gré de quelques ignares.
Je passe pour mémoire le critère de l’utilité bafoué depuis l’origine et merci au président du CS de l’époque surnommé à juste titre le fossoyeur (avec le recul ….. mais il prônait alors la convivialité !)
Cependant, il serait temps que nous prenions conscience du mal qui nous ronge et le cas traité n’est pas le seul.
En résumé, et pour les captifs :
       1.  L’UTA classique comprend dans son circuit hydraulique :
ü Une vanne « quart de tour » entrée – sortie, sans manette, sans indexation, d’accès sinon de découverte hasardeuse sous l’isolant
ü Un réglage de débit avec indicateur (illisible par dépôt de sédiment sur la graduation) – réglage effectué il y a 15 ans par Hervé thermique
ü Un doigt de gant pour sonde de température (aller)
ü Une batterie avec purge
ü Un compteur d’énergie (débit d’eau) avec sonde de température incorporée (retour)
     2.  La même UTA comprend un circuit aéraulique :
ü Un ventilateur à une ou plusieurs vitesses ajustées il y a 15 ans par Hervé Thermique
ü Des gaines de soufflage vers les locaux associés, munies d’actionneurs (dilatation thermique) dès lors où plus d’un local est associé à l’UTA
ü Un thermostat tout ou rien et à deux positions sélectives  (circuit d’eau en froid ou en chaud) avec une position médiane (arrêt) pour chaque local associé
ü Un boitier relais éventuel selon le nombre de locaux associés (en général 2 ou 3) agissant sur le choix des vitesses ajustées ….
     3.  Certes la rénovation à l’identique de nos PAC met à disposition de l’usager un débit d’eau (inconnu aujourd’hui) et selon une loi d’eau (température du circuit fonction de la température extérieure sinon arrêt du débit) gérée par on ne sait pas qui et sans aucun doute des « incompétents » (en preuve les incongruités du début de la saison clim 2018 largement actées, semble-t-il, par le président de séance de la dernière AGO)
  4. Un audit énergétique nous a laissé toute la responsabilité individuelle sur notre confort ….. et à nos frais personnels ; de plus, la répartition des coûts reste un arcane accessible à priori à personne (le comble) sans parler de la troisième génération de comptage en 15 ans ….. et retour aux sources avec un projet (acté par les « moutons » et/ou autres asservis au CS) de location.

Aujourd’hui, nous avons payé (chantier AXIMA) quelques 26 000 € pour :
-       Une rénovation complète du système de télé relève actuelle (avec les compteurs que nous avons payés individuellement il y a 9 ans ……
-      La mise en œuvre d’une vanne de réglage de débit à l’entrée de chaque appartement (avec remise en cause des faux plafonds des coursives - un comble et merci à la cohérence sinon coordination des travaux)
-      Un équilibrage (non effectué)
-      La possibilité d’un suivi de COP (coefficient de performance d’une pompe à chaleur) par bâtiment ….

A ce jour; pas le moindre résultat et/ou avantage …..et « wait and see » à l’image de nos chers gestionnaires élus et réélus sans vergogne sinon pour leur beaux yeux !


 Le projet :
    1.  Il conviendrait de définir le statut de local raccordable (cas de Cotre et Brise)
   2.  Il conviendrait de disposer à l’entrée de chaque local (ou appartement) raccordable d’un dispositif d’arrêt (ou déconnexion) avec :
ü Une vanne d’arrêt (entrée) – exemple avec doigt de gant pour prise de température incorporé – à moins de 35 €
ü D’un compteur d’énergie adapté (DN 20 le plus souvent)
ü D’une vanne de réglage de débit (retour) – déjà en place !
     3.  Ainsi chaque UTA actuelle peut être simplifiée par flexible direct (moins de 40 € par UTA) et permet de gagner encore sur la puissance des pompes ….. (la bête noire d’un président de séance) ; de même, toute modification de son installation personnelle devient aisée et offre, à minimum, un arrêt d’urgence pratique et à disposition
     4.  De définir une loi d’eau (température et débit) cohérente avec les équipements privatifs et à minimum un cahier des charges utile aux copropriétaires qui souhaitent investir dans ce domaine (sinon pallier aux défaillances probables en 25 ans de service)
   5.  De fixer un coût de revient du kWh tant en chauffage qu’en climatisation (de 0.03 à 0.05 €) ce qui désinhiberait quelques consommateurs ….
   6.  De répartir le solde des coûts entre tous les copropriétaires raccordables

Il est vrai que ce plan peut échapper à l’intellect de nos instances, mais que diable, un peu d’humilité sinon d’humanité.

PS. A noter que le système central en place, validé par la rénovation récente n’est pas vraiment économique sinon compatible avec une résidence secondaire (sauf si nous avons là des nantis, sans préjugé …. dans le propos)

De plus les résolutions éventuelles ne sont pas vraiment soumises à la population concernée ….. mais Bof !



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'immunité grégaire

Une marche ratée .... vers la dictature ?