La concierge rit ! (suite)

Que de bonnes histoires et à la queue, le dernier délire ..... si vous avez la patience de lire ! Pour les pressés, le defilement est toléré .....

Samedi dernier, j’étais à la mairie pour un mariage, quand le maire a dit :
« S’il y a une personne qui s’oppose à ce mariage qu’elle se manifeste maintenant ou se taise à jamais ».
Alors du fond de la salle, il y a une femme enceinte qui s’est levée et a commencé à s’avancer dans l’allée avec un enfant de 3 ans à la main.
Le marié transpirait ; la mariée s’est évanouie.
Tous les cœurs battaient à tout rompre.
La tension était maximum !
Arrivée devant le maire, elle dit :
« Quand on est derrière, on n’entend pas bien…. » 

Deux couples d’amis jouent aux cartes.
Claude fait tomber ses cartes par terre et en se baissant pour les ramasser sous la table, il s’aperçoit que la copine de David, Jessica, n’a pas de culotte ! Surpris, il se cogne la tête et ressort tout rouge.
Plus tard quand il va à la cuisine chercher quelques bières, Jessica le suit et demande : As-tu vu quelque chose qui te plaisait sous la table ?
Claude dit : Oui, ça m’a plu !
Elle lui fait un clin d’œil, sourit et dit: Tu peux l’avoir pour 100 euros.
Après une ou deux minutes d’hésitation, Claude répond qu’il est intéressé. Elle lui dit que puisque David travaille les vendredis après-midi et pas Claude, qu’il vienne chez elle vendredi vers 14h00.
Ce qu’il fit bien sur.
Après avoir payé les 100 euros, ils vont dans la chambre et font l’amour dans toutes les positions pendant 2 heures puis Claude s’en va.
David rentre vers 18h00 et demande : Est-ce que Claude est venu cet après-midi ?
Choquée, Jessica répond : Oui, il est passé quelques minutes.
– Et est-ce qu’il t’a donné 100 euros ?
(Elle pense: « Zut, il est au courant ! »)
A regret : Oui, il m’a donné 100 euros.
– Très bien, dit David, Claude est passé à mon bureau ce matin et m’a emprunté 100 euros et il a dit qu’il passerait chez nous pour me les rendre. C’est super d’avoir des amis honnêtes ! 

Un locataire décide de refaire son appartement.
Il commence à prendre les mesures pour savoir combien de rouleaux de papier-peint acheter, mais il s’y perd.
Et tout à coup, il se souvient que son voisin du dessus, qui a exactement le même appartement, a refait le sien trois mois plus tôt.
Il monte le voir et lui demande :
– Combien de rouleaux de dix mètres avez-vous pris ?
– Vingt-huit.
Alors il achète vingt-huit rouleaux, et il colle son papier.
Mais, quand l’appartement est terminé, il lui reste six rouleaux.
Il remonte chez son voisin et lui dit :
– Je ne comprends pas. J’ai tapissé tout l’appartement, et il me reste six rouleaux…
– Eh bien, moi c’est pareil !… 

Une vieille dame désirant stationner son automobile voit enfin une place disponible.
Elle fait les manœuvres nécessaires mais… tout à coup… Une automobile sport se faufile à grande vitesse dans « sa » place de stationnement.
Un jeune sort de l’automobile tout fier et dit à la dame :
– JEUNE et RAPIDE!
La dame vexée recule alors son automobile pour prendre de l’élan et rentre à toute vitesse dans l’automobile du jeune.
Elle dit alors au jeune avec un sourire en coin :
– VIEILLE et RICHE! 

Dans un train régional, un contrôleur aborde un voyageur pour lui demander son titre de transport.
Le contrôleur lui dit en voyant son billet :
–  Vous descendez à Argenton-sur-Creuse ? Vous vous êtes trompés de train ! Depuis le mois dernier, ce train ne s’arrête plus à Argenton-sur-Creuse . Vous auriez du prendre celui de 7h45 et non pas celui de 7h15 !
Le gars affolé lui répond :
–  C’est pas possible ! Je DOIS descendre à Argenton-sur-Creuse sinon je ne pourrai pas retrouver la femme que j’aime… Si je ne descend pas, elle croira que je ne l’aime pas et c’en sera fini de notre amour. Jamais plus je n’aurai l’occasion de la revoir.
Le gars insiste tellement que le contrôleur, un sentimental, s’attendrit et finit par dire :
–  Bon d’accord. Je vais en parler au conducteur du train .
Quand il revient il lui explique :
– Il ralentira suffisamment en arrivant dans la gare d’Argenton-sur-Creuse pour que vous puissiez descendre en courant.  Ça devrait aller,  mais il faudra que vous courriez très vite dès que vous quitterez le marchepied du train car le train n’ira jamais moins vite que 30 km/h.
Pour vous donner toutes vos chances,  je vous tiendrai en l’air en vous tenant par dessous les bras avant de vous lâcher…
Alors, lorsque le train arrive en vue de la gare d’Argenton-sur-Creuse, le contrôleur ouvre la porte .
Il prend le voyageur sous ses aisselles et lui demande de commencer à courir dans le vide…
Et le voyageur court, de plus en plus vite alors que le train ralentit. Finalement, le contrôleur descend le voyageur au niveau du quai de gare en lui criant de continuer à courir le long du train pendant quelques secondes sinon c’est la chute assurée .
Ce que fait notre gars… Jusqu’à ce qu’un passager du train, debout à la porte du wagon suivant n’aperçoive cet homme en train de courir pour attraper son train et ne l’attrape par le col de sa veste pour le hisser dans le train en lui disant :
–  T’as de la chance que j’ai été là pour te faire monter,  ce train ne s’arrête même pas à Argenton-sur-Creuse !

Un paysan s’arrête au garage du coin pour faire réparer sa camionnette. Il y a au moins trois heures d’attente pour la réparation, et comme il n’ habite pas loin il décide de rentrer à pied.
Sur le chemin du retour, il s’arrête dans une boutique et achète un seau et une boite de 5 kg de peinture. Puis il se rend dans une autre boutique et prend deux poules et une oie. Mais, arrivé dehors, il a un problème : comment porter tous ces achats jusqu’à la maison ?
Pendant qu’il se gratte la tête, une petite vieille s’approche de lui et lui explique qu’elle est perdue. Elle lui demande : « Pouvez-vous me dire comment aller au 160 allée des lilas ? »
Le paysan lui répond : « Eh bien, en fait, ma ferme est tout près de cette maison. Je me mettrais bien en route, mais je n’ arrive pas à porter tout ceci ».
La vieille dame suggère : « Pourquoi ne mettez-vous pas la boite de peinture dans le seau. Portez le seau d’une main, mettez une poule sous chaque bras et portez l’oie dans l’autre main ? »
« Merci bien », répondit-il, et il se mit en route avec la vieille dame.
En cours de route, il lui indique un petit chemin : »Prenons mon raccourci et descendons par ce sentier. Nous y serons en un rien de temps ».
La petite vieille le regarde attentivement : « Je suis une veuve sans personne pour me défendre… Qui me dit que quand nous serons dans le sentier, vous n’allez pas me coincer contre un arbre, retrousser ma jupe et me faire Dieu sait quoi ? »
Le paysan s’exclama : 
« Cré vingt dieux, ma petite dame, je porte un seau, une boite de 5 kg de peinture, deux poules et une oie. Comment diable pourrais-je vous coincer contre un arbre et faire ça ? »
La vieille dame répondit :
« Posez l’oie, recouvrez-la avec le seau, mettez la boite de peinture sur le seau, et je tiendrai les poules… »


Notre dernier mail transmis à nos instances .....

Bonjour,


Mon propos n’est pas d’emmerder le monde, mais à nouveau, je suis intrigué par la gestion du régime de notre installation de Chauffage Clim.
Il est vrai que dans cette résidence, nous ne sommes pas à un euro près ….. mais une honte pour la planète dirait Monsieur Hulot

Je compte sur vous pour faire cesser le massacre

Merci et bien cordialement

A bientôt sur notre blog dont le titre n’a jamais été aussi juste


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'immunité grégaire

Une marche ratée .... vers la dictature ?